Devenir courtier immobilier

Finance

Devenir courtier immobilier

Le métier de courtier immobilier n’est plus aussi boudé qu’auparavant de nos jours. Depuis la baisse des taux des crédits immo, la tendance est aux placements dans la pierre. Et les particuliers semblent de plus en plus convaincus que pour la réussite de leur transaction, un courtier est de mise.

Choisir son métier avec soin

Sachez notamment que depuis peu, le métier de courtier se décline en plusieurs sortes. Outre les agents indépendants ou travaillants en locaux que l’on connait depuis toujours, les professions de mandataire et de chasseur ne sont plus boudées par les jeunes. Il parait même que de par leur accompagnement personnalisa, ces derniers sont plus recherchés par les investisseurs. Il faut dire qu’ils ne se contentent pas uniquement de faire la visite des biens et de négocier.
Pour les mandataires par exemple, ils vous proposent carrément d’essayer les biens immobiliers le temps d’une nuit. Cette prestation est comprise dans le forfait. Vous n’aurez pas à payer une majoration pour en profiter.
En ce qui concerne les chasseurs, leur principal avantage est de permettre une recherche plus élargie. En effet, contrairement aux autres courtiers, ils ne sont pas soumis à une limite de territoire.

Les conditions légales pour devenir courtier

Dans tous les cas, pour devenir courtier, vous devez remplir certaines conditions légales. Par exemple, une inscription dans les registres des métiers est requise. C’est seulement à ces termes que vous obtiendrez une carte professionnelle.
Mais attention, l’enregistrement ne se fait pas uniquement sur demande. Vous devez présenter aussi des dossiers de souscription, dans lesquels doivent être listé : les cartes d’identité et les justificatifs de résidence, les assurances professionnelles, les RIB des comptes bancaires pro, etc.
On insiste particulièrement sur les assurances professionnelles. Selon le genre de prestation que vous allez fournir, vous aurez peut-être à en souscrire deux. Pour les courtiers simples, une assurance RC pro suffit amplement. Par contre, en ce qui concerne les gestionnaires de bien, une garantie financière des professionnels de l’immobilier est nécessaire. Le but étant de couvrir les pertes et les vices de procédures dans l’administration des avoirs de vos clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *